ROMBAS
ROMBAS

Bienvenue sur le site de la Communauté de Paroisses Rombas - Pierrevillers!

‌Bonjours mes amis, 

Je vous livre ma méditation pour ce 7e dimanche de Pâques.

Nous pourrons nous retrouver pour la Pentecôte, aux conditions indiquées au début de ma méditation.

Nous prions les uns pour les autres, et demandons au Seigneur de nous libérer du mal de ce virus !

Cordialement, 
Abbé Mathieu Baltzer


Méditation 7ème dimanche de Pâques ; 24 mai 2020.
Évangile selon saint Jean, chapitre 17, versets 1b à 11a.


Mes chers amis, au moment où je rédige cette méditation la nouvelle vient de nous parvenir : nous pouvons à nouveau célébrer ensemble l’eucharistie dans nos églises ! Cette méditation est donc la dernière que vous recevez. Sachez que ce fut pour moi un exercice de recherche, de compréhension et d’écriture accompli avec bonheur. J’espère aussi que ce modeste rendez-vous épistolaire dominical vous aura permis d’avancer un peu plus dans votre connaissance de la Parole de Dieu, donc du Christ, et de nourrir votre vie spirituelle !?
Toujours est-il que nous nous retrouverons pour la Pentecôte : samedi 30 mai à 18h00 à Pierrevillers et dimanche 31 mai à 10h00 à Rombas-saint Rémy. Notez d’ores et déjà qu’il faudra venir à l’église avec vos masques. De même un banc sur deux seront fermés, vous ne prendrez pas de livres de chants et les places seront marquées dans chaque banc. Globalement nos églises accueilleront 1/3 de leur capacité, et pas plus. Il faudra aussi respecter les distances entre les personnes, et d’autres consignes qui vous seront communiquées à l’église. Bref, nos assemblées auront un autre visage…

En attendant je vous livre ici ma médiation d’Evangile de ce 7ème dimanche de Pâques. 
Le texte de ce jour nous donne de méditer saint Jean, plus précisément une partie du discours d’adieu que Jésus prononce durant le repas de la Sainte Cène. Discours si dense et profond en enseignement qu’il se transforme en prière.
Je vous propose de nous attarder un peu sur 2 points de cet Évangile.

Tout d’abord, frères et sœurs, sans doute aurez-vous remarqués qu’à 6 reprises nous retrouvons les termes gloire, glorifie, glorifié… ! A 6 reprises, dans ces quelques versets, Jésus parle de la gloire. Mais pourquoi ?!
Evidemment cette gloire évangélique dont il est question ici n’est en rien la gloire telle que nous pouvons la comprendre dans notre monde. Cette gloire d’ici bas comprise comme étant un mélange de renommée, de célébrité, de succès, de splendeur, d’honneur ou de prestige. Cette gloire, souvent très éphémère, s’apparentant à une gloriole passagère. La gloire d’un jour, parfois acquise au prix d’un labeur réel, se transformant vite en vaine gloire pour tous les autres jours. Non, ce n’est pas de cette gloire dont il est question ici.

Dans la tradition biblique, la gloire évoquée par Jésus dans sa prière reflète le poids et l’influence du rayonnement de la puissance de Dieu. Puissance qui se traduit en actes. Dans le Nouveau Testament cette gloire reflète plus particulièrement la Résurrection du Christ, et sa toute puissante présence, invisible mais dynamique, sur la Terre comme au Ciel. Cette glorification de Jésus implique que ceux qui croient en lui sont appelés à partager cette même gloire.

Enfin, partant de cette gloire qui englobe les baptisés, abordons le second point en nous intéressant à ce bref passage : Le Fils donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui a donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. 
Nous trouvons dans ces quelques mots de Jésus un élément significatif nous permettant d’élucider les questions propres à la vie éternelle, la vie sans fin après la mort.
Il est vrai que de nos jours les hommes sont bien plus affairés par la vie au présent, ce qui est immédiat et qui procure bonheur, plaisir, satisfaction maintenant, que par une espérance future qui se concrétise par une vie éternelle au-delà de la mort… Oui, pour bien des personnes, la vie éternelle apparaît comme un concept abstrait et étranger. 
Et pourtant, frères et sœurs, la vie éternelle n’est pas à attendre dans un hypothétique avenir, mais elle est déjà en germe dans la vie présente par notre connaissance du Père et du Fils, dans la grâce de l’Esprit Saint : Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Cette connaissance, qui est aussi une reconnaissance, se traduit par la foi que nous mettons dans le Seigneur. Dieu, révélé par Jésus Christ, existe. Nous enracinons notre confiance, notre espérance en Lui. Et cette foi ouvre à la vie éternelle. La vie éternelle se réalise dans la connaissance du Christ qui nous ouvre à la connaissance du Père. 
La vie éternelle nous est donnée :  Le Fils donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui a donnés. Voici encore un élément essentiel : la vie éternelle ne peut être obtenue par des efforts humains, elle ne peut être achetée, mais elle est reçue comme un don. Et un don est toujours gratuit. Il est l’émanation de la grâce, de la générosité de son auteur. Oui, la vie éternelle nous est donnée, et la réponse à ce don de Dieu c’est l’amour vécu dans la foi que nous exprimons au Seigneur à travers notre vie marquée par l’Evangile, la charité, la prière, la vie en Eglise. 
Evidemment, nous ne connaissons pas les détails matériels de la vie éternelle (Comment serons nous ? Sous quelle forme ? Où…?), mais elle demeure notre espérance. Nous savons aussi que nous ne pouvons pas prolonger indéfiniment notre vie terrestre. Nous sommes poussés par cette quête de la vraie vie, celle qui est éternelle, celle qui est entièrement bonheur et nous procure l’immersion dans l’océan de l’amour infini de Dieu. La vie éternelle c’est être comblé de joie par la présence de Dieu, dans la clarté du Christ ressuscité !

Mes chers amis, chaque eucharistie est toujours célébrée pour la gloire de Dieu et le salut du monde. La gloire de Dieu c’est la puissance du Seigneur sur toutes les forces du mal. Cette gloire culmine dans la Résurrection du Christ qui tue Satan, la mort et le péché ! Le salut c’est l’œuvre de miséricorde, de pardon, de relèvement opéré par le Fils, au nom du Père dans la grâce de l’Esprit Saint. Le salut c’est le don de la vie éternelle pour tous ceux qui savent l’accueillir, le reconnaître et en vivre dès ici-bas.

Je vous livre ces quelques mots de saint Augustin (IVe-Ve s.) qui peuvent nous apporter un bel éclairage dans notre compréhension de la vie éternelle :

Il est plus facile de dire ce que la vie éternelle ne sera pas, que de dire ce qu’elle sera. J’en suis sûr, nous ne passerons pas notre temps à dormir… Toute notre action sera Amen et Alléluia… 
Amen signifie « c’est vrai ».  Alléluia veut dire « louez Dieu ».


Dès maintenant, avec toute l’Eglise, disons ensemble : Amen ! Alléluia !

Beau dimanche à vous, et à bientôt !

Amen.

Rombas, le 23 mai 2020
Abbé Mathieu Baltzer
 

‌Bonjour frères et soeurs, 

Au seuil du mois de mai, mois consacré à la Vierge Marie, je vous livre ces quelques lignes portant sur la prière à Marie.

A bientôt.
A Jésus par Marie.

Abbé Mathieu Baltzer


Le mois de Mai, mois de Marie.

C’est à partir des XVII et XVIIIème siècle que l’on trouve l’usage de dédicacer certains mois de l’année à une dévotion particulière. Née à Rome, la consécration du mois de mai à la Vierge Marie doit beaucoup aux Jésuites. Cette consécration sera très vite adoptée dans la foi populaire tant la figure de la Mère du Christ est honorée et invoquée très tôt dans l’histoire de l’Eglise. 
Sans doute est-ce mission impossible que de recenser tout ce qui à été écrit au sujet de la Vierge Marie depuis le temps des Apôtres jusqu’à nos jours…
Mes amis, alors que nous vivons confinés dans nos appartements, nos maisons, allons en pèlerinage spirituel à la maison de la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph. Allons en Galilée, et vivons un confinement spirituel à Nazareth. En effet, parler de Marie c’est venir aux origines de Jésus, lui que l’on désigna comme étant le Nazaréen. C’est à Nazareth, à l’époque petit village sans importance, que Jésus vécu la majeur partie de son existence. 

Le 5 janvier 1964 est un jour entré dans l’histoire puisque Paul VI visite Nazareth. Il est le premier pape à être retourné en Terre Sainte depuis… Simon-Pierre. Voici un extrait du discours prononcé par Paul VI à la basilique de l’Annonciation à Nazareth : 

A Nazareth, Notre première pensée ira à la Très Sainte Vierge… Et Nous lui présenterons tout de suite les demandes qui nous tiennent le plus à cœur, car Nous voulons rendre hommage à sa bonté et à sa puissance d’amour et d’intercession :

- la prière de maintenir dans notre cœur une sincère dévotion à son égard ;

- la prière de nous faire comprendre, désirer, posséder paisiblement la pureté de l’âme et du corps, dans les pensées et les paroles, dans les arts et dans l’amour ; cette pureté que le monde aujourd’hui s’acharne à battre en brèche et à profaner ; cette pureté, à laquelle le Christ a rattaché une de ses promesses, une de ses béatitudes : celle du regard lumineux dans la vision de Dieu ; 

- la prière par conséquent d’être admis par elle, Notre-Dame, la maîtresse de maison, et par son époux, le doux et fort saint Joseph, dans l’intimité du Christ, son humain et divin Fils, Jésus.
Nazareth est l’école où l’on commence à comprendre la vie de Jésus : l’école de l’Evangile.


Pour ce mois marial qu’est le mois de mai, nous pouvons méditer les trois demandes formulées par  saint Paul VI, et les reprendre à notre compte.

La première demande du pape consiste à toujours garder dans notre cœur la dévotion à la Sainte Vierge. Garder dans notre cœur la dévotion à Marie c’est garder une affection, une consécration envers Celle qui nous donne son Fils, qui est présente au pied de la Croix et qui devient notre Mère à tous. La Vierge Marie est Mère de Dieu (titre donné au concile d‘Ephèse en 431), Mère de l’Eglise (titre proclamé par Paul VI au moment du concile Vatican II). Prier Marie c’est nous tourner vers elle afin qu’elle intercède pour nous auprès de Dieu, et qu’ainsi elle porte, elle transmette en quelque sorte nos prières au Seigneur.  

Dans la deuxième prière faite à Marie, saint Paul VI lui demande le don de la pureté de l’âme et du corps. L’Eglise proclame comme vérité de foi que la Sainte Vierge est modèle de pureté, qu’aucune trace de péché n’a pu s’incruster en elle et la dégrader, la souiller. Regardons d’un peu plus près cette notion de pureté. 
La pureté renvoie à ce qui est pur, sans défaut, sans altération, à ce qui n’est pas pollué, souillé. Pour comprendre cette notion de pureté dans le registre de la foi il convient de regarder ce qui altère cette pureté : le péché. Celui ci est compris comme une faute qui éloigne de Dieu. Le chemin de la pureté nous conduit donc à vivre en cherchant à nous rapprocher de Dieu. La pureté de l’âme et du corps sont liées, puisque les deux forment un tout, à savoir notre personne. La pureté de l’un fait progresser celle de l’autre. Il existe bien des façons d’avancer dans la pureté. La pureté par la vertu et la chasteté, c’est-à-dire aimer d’un cœur droit, sincère, sans partage, sans calcul. Manifester aussi la pureté dans nos intentions, dans notre regard, dans nos prières. La pureté ne peut tolérer le mensonge.
La pureté est aussi synonyme de pudeur. Cette pudeur n’est pas simplement le respect de notre corps, et de celui des autres. Mais la pudeur c’est agir dans la vie avec discrétion, prudence, décence. En contre-exemple nous pouvons être affligés par le manque de pudeur qui se déploie à nos yeux dans ce vaste océan sur le quel navigue tout est n’importe quoi, je veux parler de l’océan des réseaux que l’on nomme sociaux. Quel étalage d’impressions, de sentiments, d’idées, de réactions, d’aboiements, de moi je, de haine, de désir, de m’as-tu vu, d’imprudences et d’indiscrétions… Stop, n’en jetez plus ! Faisons preuve de plus de pudeur. Notre âme et notre corps y gagneront, et nous respirerons un air plus pur.

Enfin, frères et sœurs, la troisième est dernière prière formulée par saint Paul VI à Nazareth à pour objet d’être admis dans l’intimité du Christ. L’intimité renvoie à ce qui est au plus profond de l’être humain, de plus personnel. Vivre l’intimité c’est vivre une respectueuse et saine familiarité avec un proche que l’on apprécie, que l’on aime. Cette demande de partager l’intimité avec le Christ Jésus consiste à pouvoir vivre aujourd’hui, dans nos lieux de vie, de confinement, cette profonde proximité vécue par les Apôtres et l’ensemble des disciples qui partageaient la vie du Nazaréen en Palestine. Le disciple partage la vie de son maître. La règle de vie du baptisé est inchangée depuis les bords du Jourdain : être intimement lié à Jésus. Cette intimité se développe tous les jours en parcourant l’Evangile ; par la prière personnelle ; en participant à l’eucharistie, même à distance durant le confinement (KTO, le Jour du Seigneur…).
Enfin, cette intimité renvoie aussi à l’unique demande adressée dans le « Je vous salue Marie » : Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Ainsi, dans la foi de l’Eglise, nous demandons à la Sainte Vierge de nous assister quand viendra pour nous l’heure de quitter la vie mortelle, l’heure de mourir. Cette ultime demande pour l’heure dernière ne peut se comprendre, et se prier, que dans la certitude de la vie éternelle. Cette vie éternelle pouvant se définir comme étant la vie dans la gloire de Dieu, dans la lumière du Ressuscité, dans l’intimité de Jésus Christ.

Mes chers amis, en ce mois de mai que ces quelques lignes puissent faire grandir notre amitié avec Jésus, en nous appuyant sur la présence maternelle et réconfortante de Marie. Que notre dévotion à la Mère de l’Eglise développe en nous la pureté de l’âme et du corps, et qu’ainsi nous vivions toujours davantage dans une plus grande intimité avec le Christ. Que grandisse en nous, dans nos familles, l’enseignement de la Sainte Famille de Nazareth, l’enseignement de la vie avec l’Evangile. Prions la Vierge Marie par le chapelet, seul ou en communion avec le chapelet retransmis quotidiennement en direct depuis Lourdes via KTO. Prions Marie par toute autre prière qui jaillit de notre cœur. Je vous invite aussi à reprendre chez vous cette prière spéciale du pape François demandant sa protection à la Sainte Vierge face à l’épidémie de coronavirus :

Ô Marie, tu brilles toujours sur notre chemin en signe de salut et d’espoir. Nous te faisons confiance, Reine des malades, toi qui as gardé une foi ferme alors que tus as partagé la douleur de Jésus au pied de la croix.
Toi, salut du peuple romain, tu sais ce dont nous avons besoin et nous sommes sûrs que tu exauceras nos demandes, tout comme tu as fait revenir la joie et la fête lors des noces de Cana en Galilée, après un moment d’épreuve.
Aide-nous, Mère de l’Amour divin, à nous conformer à la volonté du Père et à faire ce que Jésus nous dit, Lui qui pris sur lui nos souffrances et a été chargé de nos douleurs pour nous porter à travers la croix à la joie de la résurrection.
Sous ta protection, nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu. Ne méprise pas les demandes que nous t’adressons dans le besoin. Au contraire, délivre-nous de tout danger, ô glorieuse et bénie Vierge Marie. Amen.      


Ne craignons pas, la Vierge Marie nous guide et nous protège au milieu des épreuves de notre temps. Elle intercède pour nous auprès de son Fils.  

Rombas, le 1er mai 2020.
Votre curé, 
Abbé Mathieu Baltzer  

Lettre pastorale de l'évèque
2020-Lettre Pastorale aux Catholiques de[...]
Document Adobe Acrobat [248.4 KB]

Visites depuis Mars 2014

Mises à jour récentes:

 

24mai 2020:

 

- Edito du 24 mai

- Horaire des prochaines messes

 

2019:

 

- Ajout de photos de Pierrevillers

- Ajout des dates de l'éveil à la foi, section Infos pratiques

- Ajout de photos de la remise des croix aux servants d'autel de 2017, section Servants d'autel, 2017

- Ajout de photos de la sortie à Waligator des servants d'autel, en juillet 2017, section Servants d'autel, 2017

- Ajout d'un reportage sur la celebration oecuménique du 20 janvier, section Reportages 2018

- Ajout des documents pour s'inscrire au pélérinage en terre sainte 2018, section Vie Paroissiale-Pelerinages

- Mise à jour de la liste des animateurs de la paroisse, section Vie paroissiale

- Ajout da l'article sur la la venue de St Nicolas à Rombas, et sur la bénédiction des fiancés à Pierrevillers, section Reportages 2018

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Communauté de paroisse Sainte Anne sous Drince